Reconstitution médiévale / Histoire vivante

Depuis plus de 10 ans, bien avant la création de mon entreprise, je me suis inscrite dans une démarche de reconstitution historique.

La reconstitution historique est la tentative de restituer des personnages, des actions, des modes de vie d’époques passées en s’appuyant sur des sources historiques : documents d’archives, productions artistiques, pièces d’archéologie… Ce travail s’appuie sur une localisation précise des éléments reconstitués. Le modes de vie et de pensée peuvent être extrèmement différents d’une région à l’autre. Ainsi le vêtement à la mode dans le Nord de la France ne l’est pas forcément dans le sud et inversement.

Ainsi, les deux personnages sur lesquels nous travaillons, Raimon Jordan vicomte de Saint- Antonin (dans le Tarn-et-Garonne aujourd’hui) vers 1180 et Arnoul d’Audenarde, chevalier flamand, l’un des combattants de la bataille de Bouvines en 1214 sont assez différents.

Raimon, bien que vicomte, n’est pas connu pour sa richesse, c’est un chevalier-troubadour, connu pour ses chansons parvenues jusqu’à nos jours. Il va au combat en haubert et cervelière avec ou sans nasal, conformément au style de la région et un bouclier de 120 cm de haut sur l’épaule.

Arnoul, seigneur flamand riche et influent, est à la pointe des modes et techniques du nord de la France, c’est un politicien de haut niveau en plus d’être un combattant réputé. En 1214 il utilise une côte d’arme armoriée, à ses couleurs, comme cela se pratique maintenant depuis une quinzaine d’années. Il pourra même posséder une houssure également armoriée pour son cheval. Son casque est une cervelière munie d’un facial, son bouclier est beaucoup plus court, environ 70 cm de haut.

 

DSC08765
© Copyright Tina Anderlini